Galerie Doria - Galerie Doria
14
home,page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-14,page-parent,bridge-core-3.0.5,qi-blocks-1.0.9,qodef-gutenberg--no-touch,qodef-qi--no-touch,qi-addons-for-elementor-1.5.6,,qode-title-hidden,qode_grid_1400,qode_popup_menu_text_scaledown,qode-theme-ver-29.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.10.0,vc_responsive,elementor-default,elementor-kit-6

Galerie

DORIA.Rect

PRÉSENTATION DE LA GALERIE

.
Très tôt, Denis Doria rassemble les œuvres emblématiques du Mouvement Moderne et devient un des plus importants collectionneurs et spécialiste de l’Union des Artistes Modernes (UAM – 1929 à 1958). Son expertise se fonde entre autres sur la reconstitution minutieuse d’ensembles historiques.

 

En 1987, il ouvre sa galerie, qu’il conçoit comme un lieu de partage de la connaissance, en montrant les pièces de sa collection – mobilier, luminaires et objets d’art – de l’entre-deux-guerres, dans un espace propice à leur compréhension, dans l’esprit des “period rooms”.

 

Il devient alors conseil pour l’élaboration d’importantes collections et dédie une partie de son temps à la recherche historique et à la conception d’ouvrages.

Attachés à la synthèse des arts, les créateurs de l’UAM se sont libérés de la tradition des arts décoratifs. Ils ont exprimé́, en actes, tout ce qui aujourd’hui encore constitue la base du courant fonctionnaliste en France et ont énoncé́ et mis en œuvre l’esprit de la Modernité́.

 

Expositions

DORIA.585

PIERRE CHAREAU,
UN INVENTEUR

DU 5 JANVIER AU 31 MARS 2023

Du 5 Janvier 2023 au 31 mars 2023, la Galerie Doria organise une exposition des œuvres iconiques de Pierre Chareau avec une sélection emblématique d’œuvres de grandes provenances comme: le Docteur et Mme Jean Dalsace, Mme Hélène Bernheim, M. Edmond Fleg, M. Marcel Kapferer, M. Daniel Dreyfus, Villeflix, Le Grand Hôtel de Tour, La Maison de Verre, etc.
.

Histoire

UAM
Union des Artistes Modernes

Le mouvement moderne français réunit un ensemble de créateurs appartenant à différents métiers, liés par une communauté de pensée et de principes, qui décident de s’associer après leur départ du Salon des Artistes Décorateurs (SAD) en 1929 où ils exposaient jusqu’alors.

Publications

Denis Doria
PIERRE CHAREAU
UN ARCHITECTE MODERNE DE PARIS À NEW-YORK
.
Créateur majeur du XXe siècle, personnalité attachante et complexe, amateur d’art,  » meublier « , décorateur, ensemblier, architecte d’intérieur, architecte bâtisseur., Pierre Chareau aime à s’entourer de créateurs issus d’autres champs disciplinaires, peintres, sculpteurs, musiciens, poètes et romanciers mais aussi d’artisans. Ainsi, dès les premières années de sa rencontre avec le ferronnier d’art Louis Dalbet et forts de l’étroite connivence qui les unit, le créateur et l’artisan élaborent le vocabulaire formel de l’oeuvre à venir. Pierre Chareau invente, Louis Dalbet met ses savoir-faire au service de la création. Basée sur l’étude minutieuse et le dépouillement attentif de documents restés jusqu’alors inédits et inexploités, une part importante de cet ouvrage est dédiée à cette collaboration. Il nous a semblé cependant qu’il y avait là matière à développement, en nous plongeant une fois encore dans les archives de Louis Dalbet. Françoise Dalbet-Martin, la petite fille de Louis Dalbet, nous a permis de finaliser ce projet. Outre la confirmation documentée de l’usage du métal, tant dans l’oeuvre du créateur de mobilier que dans celle de l’architecte, l’analyse et la publication de ces documents ouvrent une perspective unique sur la méthode de travail de Pierre Chareau. Dans l’oeuvre de Pierre Chareau, la modernité ne s’oppose pas à la tradition ; il est pleinement inscrit dans son temps, dans les changements de mentalité, de perception, de modes de vie que l’époque impose. La figure du créateur est indissociable de sa vie même, point d’origine de son oeuvre. Une autre partie de ce nouvel ouvrage est consacrée à la vie et à l’oeuvre de Pierre Chareau durant son exil américain, de son arrivée à New York en octobre 1940 jusqu’à sa mort à East-Hampton le 24 août 1950.

Œuvres